Verrey

Tiré de Nendaz d'autrefois – Abbé Joseph Fournier

LE HAMEAU DE HEIS (HEYS OU EIS)

Dans quelques très anciens écrits, il est souvent fait mention d'un hameau de Nendaz appelé Heis. Ainsi, en 1234, on rencontre un nommé Pierre de Heis. Il faut remarquer, à ce sujet, que jusqu'au Xlllème siècle, les noms de famille n'existaient pas. On désignait les personnes par un simple prénom suivi du lieu de leur origine ou de leur domicile. Ainsi, en 1234, on a un Gérold de Brignon, en 1314, un Wirmus de Bouson. De nos jours encore, on trouve des exemples rappelant cette ancienne coutume. La plupart des Nendards adultes savent très bien de qui il s'agit, par exemple, quand on parle de Jean de Clèbes.

Pierre de Heis ! on n'a jamais bien su, jusqu'ici, où pouvait se trouver ce hameau. Dans leur histoire du district de Conthey, les abbés Tamini et Délèze nous disent que Heis devait se situer dans le voisinage de Baar. Et une ancienne tradition, qui ne repose sur aucune preuve, le place bien vaguement entre Baar et Veysonnaz.

Or, quelques documents récemment mis à jour ont permis de l'identifier avec une certitude quasi absolue. Ainsi, dans un testament daté du 25 juillet 1341, un certain Jean Pellissier de Nendaz fait une donation de 36 sols mauriçois que lui devait un nommé Perronet de Clèbes, et une autre de 3 fichelins de seigle dus par Anserme fils d'Isabelle Fornery, de Heis. Il semble bien qu'il s'agit là de deux localités voisines. On ne voit pas en effet, comment un habitant du voisinage de Baar aurait été redevable de quelques fichelins de blé à un homme de Clèbes.

Lorsqu'on 1453, les gens de Vex demandèrent de pouvoir prendre à la Printze l'eau nécessaire à l'arrosage de leurs propriétés, l'acte d'achat fut passé avec les villages de la majorie, soit Brignon, Beuson, Clèbes et Heis.

Enfin, dans un cahier de redevances dues au Chapitre de la cathédrale de Sion pour ses fiefs de Nendaz, portant la date de 1605, il est fait mention de plusieurs propriétés sises à Clèbes et à Verrey. Or, il est toujours dit : Verrey, alias Heis, ou encore Heis, alias Verrey.

Chacun sait que le mot latin « alias » admis en français signifie : autrement dit, en d'autres termes : Verrey, autrement dit Heis,

On pourrait relever aussi que si le hameau de Heis était situé dans le voisinage de Baar, quelques vestiges en seraient restés, puisqu'il existait encore en 1605.

Il faut donc conclure que Verrey, et Heis désignaient le même hameau, Verrey aurait pu signifier : Vers Heis, ou Eis = Verrey.